Le point sur les nouveaux compteurs électriques 2


Ondes-électro-magnétiques (OEM) et compteurs Linky, Gazpar, etc. Le point sur la résistance et les refus de ces compteurs par la population, et les élus de communes (responsables de la santé de leurs citoyens).

 

Personnellement, vous connaissez ma position : gardez vos « vieux » compteurs (électriques, gaz…) tant que la preuve n’aura pas été faite qu’ils ne sont pas toxiques/mortels…c’est-à-dire certainement jamais. En attendant, cela permet d’éviter de possibles problèmes de santé ainsi que des gaspillages (ces changements de compteurs coûtent excessivement chers même s’ils sont présentés (aujourd’hui) comme gratuits… Et de toutes les façons on sait pertinemment que celui qui paie la facture, c’est toujours le consommateur. CQFD!

NB : le nombre de refus augmentent régulièrement, il n’y avait ‘que’ 30 communes au début du mois de mars 🙂 Bravo!

 

Cet article est un copié-collé du dernier mail d’information reçu de la part de l’Association Robin des Toits qui oeuvre à l’information sur la sécurité des français en ce qui concerne les OEM. Je vous invite à consulter leur site et vous inscrire à leur newsletter.

Bonne lecture, Laetitia (lire ici les précédents articles sur le sujet)

Le 23 mars 2016, Lettre de Stéphane Lhomme, Conseiller municipal de Saint-Macaire (33490), Commune refusant les compteurs communicants

53 communes refusent les compteurs communicants Linky, Gazpar et cie…

Recensées sur le site web http://refus.linky.gazpar.free.fr, qui informe et aide les élus pour se positionner, 53 communes françaises refusent déjà les compteurs communicants Linky, Gazpar et cie..

Les promoteurs de ces compteurs nuisibles tentent de minimiser ce chiffre en le comparant au total de 36 000 communes en France mais, en réalité, il s’agit d’un phénomène très important dans la mesure où ErDF n’a commencé que depuis quelques semaines les installations de compteurs communicants Linky, suscitant la réaction des citoyens et de leurs élus.

Ce chiffre évolue désormais continuellement malgré les pressions antidémocratiques exercées sur les élus par ErDF et l’association des Maires de France qui par exemple, le 29 février, ont simultanément envoyé à toutes les communes de France d’épais documents pour tenter de faire croire aux élus que les délibérations contre les compteurs communicants seraient illégales, ce qui est totalement faux.

Les raisons principales du refus des compteurs communicants sont la mise en danger très probable de la santé des habitants par les ondes électromagnétiques générées par ces compteurs, et la remise en cause certaine des libertés publiques : s’ils sont installés, ces compteurs permettent de capter d’innombrables informations sur la vie privée des habitants.

Qui plus est, les prétendus avantages que ces compteurs doivent apporter ne sont pas au rendez-vous :

– aucune économie d’énergie et, au contraire, des factures plus lourdes pour les usagers (cf http://refus.linky.gazpar.free.fr/augmentation-factures.htm )
– aucune utilité pour les énergies renouvelables (d’ailleurs l’Allemagne a renoncé à la généralisation de ces compteurs alors qu’elle développe les énergies renouvelables bien plus que la France)
– il est possible depuis longtemps de communiquer à ses fournisseurs, par téléphone ou par le web, sa consommation précise d’électricité, de gaz ou d’eau,sans avoir besoin de compteurs communicants.

Il est très important de savoir que les collectivités (et la plupart du temps les communes directement) sont propriétaires des compteurs d’électricité, elles ont donc toute latitude pour refuser leur remplacement. Il est d’ailleurs injustifiable que ErDF et ses sous-traitants aient commencé à installer des compteurs Linky sans demander leur aval aux communes concernées.

Les communes sont parfois propriétaires des compteurs de gaz et d’eau mais, même quand ce n’est pas le cas, elles ont quand même diverses possibilités de s’opposer à leur remplacement par des compteurs communicants.

Notons enfin qu’il est écologiquement irresponsable et injustifiable de se débarrasser de près de 80 millions de compteurs (35 millions pour l’électricité, 30 pour l’eau, 11 pour le gaz) en parfait état de marche. Les opérateurs ont beau assurer que des filières de recyclage vont être mises en place, elles ne devraient exister que pour des appareils arrivés en fin de vie. Or les compteurs actuels sont prévus pour durer 60 ans, contrairement aux Linky, Gazpar et compagnie qu’il faudra remplacer, à nouveau et à grands frais, dans moins de 20 ans.

Les citoyens et leurs élus doivent donc refuser les compteurs communicants pour préserver leur santé, leurs libertés, les finances publiques et l’environnement.

Stéphane Lhomme
Conseiller municipal à Saint-Macaire (33490)
Animateur du site
http://refus.linky.gazpar.free.fr

compteur electrique


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

2 commentaires sur “Le point sur les nouveaux compteurs électriques

  • COTRAIT Marie-Hélène

    Les compteurs sont depuis quelques années à l’extérieur des habitations et sont relevés directement par les agents, que les occupants soient ou non présents.
    Ainsi, ils pourront CHANGER les compteurs quand ils voudront, contents ou pas, les habitants seront mis devant le fait accompli !

    Merci de nous avoir informés…

    M-H C

    • Laetitia Soin2Soi Auteur de l’article

      En effet Marie-Hélène, c’est une liberté qu’ils peuvent prendre. Je vous conseille d’imprimer une copie de la lettre en recommandé avec accusé de réception et de la fixer sur votre compteur s’il est a l’extérieur. Pensez à prendre une photo de l’oeuvre…à conserver au cas où. Enfin, je vous invite à lire les recommandations des associations telles que Robin des Toits ou Priartem dont la mission est d’aider les citoyens à se protéger (ils ont des conseillers juridiques et des avocats spécialisés). Bien coeurdialement, Laetitia